Le forum espace client

Rechercher

information

Une nouvelle offre depuis le 14 novembre pour les abonnés Qu'en pensez-vous ?

Légende :

  • à consulter
  • approuvé

COMMUNAUTE D'ENTRAIDE CANAL

Communauté d'entraide canal

Communauté d'entraide canal

Numéro client :
Mon mode de réception :

Déconnexion

Sujet en attente de participation

A ne pas rater ce soir sur PLANETE+

 

Ce soir à 20H55 (ainsi que les jeudis 26 octobre et 2 novembre) sur PLANETE+, pour la première fois, une collection documentaire relate les opérations secrètes les plus incroyables, les plus audacieuses et les plus délicates que les forces spéciales françaises ont dût mener ces dernières années (Opération HK35 en Afghanistan, La libération du Carré d’As en Somalie, Opération Licorne en Côte d’Ivoire).

 

Vous y découvrirez les coulisses des opérations : vous assisterez à la préparation au centre opérationnel et sur le terrain ; vous entendrez les témoignages des plus hautes instances de l’État ; vous vivrez l’opération avec ceux qui l’ont ordonnée, ceux qui l’ont préparée et ceux qui l’ont effectuée

 

Grâce à leurs témoignages inédits et à des reconstitutions illustratives de qualité, la série nous fait revivre ces opérations où la réalité est singulière, haletante et surprenante.

 

 

Épisode 1 : Opération "HK35" (Afghanistan)

 

Le 17 décembre 2010 à Nijrab dans la province de Kapissa se déroulera l'une des opérations les plus délicates et héroïques de l'histoire des forces spéciales. Cette nuit-là les hommes du commando Trepel doivent réaliser une mission assez banale : l'extraction d'un "facilitateur" (un cacheur d'armes qui travaille au profit des talibans). Mais ils vont tomber sur un véritable nid de guêpes car se déroule à quelques mètres du lieu de leur mission initiale la réunion des chefs talibans de la région. Ce groupe de commandos marine spécialisé dans le contre-terrorisme et la libération d’otages mènera pendant 7 heures une incroyable bataille afin de neutraliser deux des chefs talibans les plus recherchés et quarante de leurs hommes très aguerris. Durant ces combats d’une intensité rarement atteinte, un des membres du groupe, Jonathan Lefort y perdra la vie. Il faudra l'intervention des hélicoptères de combat français et de la chasse américaine pour que les soldats des forces spéciales accompagnés d'une unité conventionnelle spécialisée dans la fouille et découverte de caches d'armes se sortent de ce piège.

 

Épisode 2 : Opération ''Carré d'As'' (Somalie)

 

Quelques mois après la libération des otages du Ponant dans le golfe d'Aden, un couple de retraités français convoyant un voilier est pris en otages par des pirates somaliens. Ils réclament une rançon de 4 millions de dollars pour leur libération Dans la plus grande discrétion, les forces spéciales françaises projetées en plein océan indien sur la frégate furtive Le Courbet vont prendre en chasse le navire avec à son bord les époux Delanne et 5 pirates. Leur mission : les libérer avant qu'ils ne soient transférés sur la terre ferme. S'entame alors un jeu du chat et de la souris qui durera deux semaines sur l'océan démonté qui sera conclu par un assaut par la mer dantesque.

 

Épisode 3 : Opération ''Cocody'' (Côte d'ivoire)

 

En 2011, la situation en Côte d’Ivoire s’envenime. Laurent Gbagbo, ancien Président du pays avec sa milice des Jeunes Patriotes revendiquent avec force le pouvoir avant les nouvelles élections. Abidjan est plongée dans un climat de violence inouï, les ressortissants étrangers sont en danger, il faut les mettre rapidement en sécurité. En quelques jours, un groupe de soldats des Forces Spéciales du 1er Rpima et du 4ème Rhfs va participer à l'évacuation de 3000 ressortissants du pays en proie au chaos. Mais pas le temps au répit et à l'apaisement, trois jours après la fin des évacuations, dans la nuit du 7 au 8 avril 2011, le quartier des ambassades à Cocody est en feu. Les Jeunes Patriotes ont pris d’assaut l’ambassade du Japon tuant au passage plusieurs diplomates. Ce même groupe de soldats va mener une opération héliportée de nuit parvenant à sauver la vie de l’Ambassadeur du Japon et de ses collaborateurs retranchés dans la pièce sécurisée du bâtiment. Seulement 48 heures plus tard, le commandement du camp de Port Bouet est de nouveau alerté par voie diplomatique : le premier secrétaire de l’Ambassade de Grande-Bretagne assailli par les miliciens s’est retranché dans la safe room, la France doit intervenir...

 

 

Aucune participation